1

La reine de mai

#10

Étudiants des Beaux-Arts de Catane

Commissaire : Francesco di Vincenzo

24785 Rue de la Cathédrale

La longue histoire de l’attention que porte le peuple belge aux femmes et aux hommes présentant des particularités psychiatriques a des origines très lointaines. Christine l’Admirable est sans doute la figure la plus emblématique parmi celles qui ont consacré une partie de leur vie à prendre soin des « spéciaux ». Elle est née à Brustem en 1150 et a été la protagoniste de merveilleux événements qui ont fait d’elle une sainte adulée en Belgique en tant que protectrice des malades psychiatriques et de leurs médecins.

Près de huit siècles après la disparition de Sainte Christine l’Admirable, une autre femme se consacre pleinement à l’amélioration de l’état des établissements de soins psychiatriques. En effet, la Reine Élisabeth de Belgique promeut et inaugure alors l’hôpital psychiatrique Salve Mater à Bierbeek. Nous sommes en 1926 et des échos de l’histoire peuvent être tracés entre les lignes de la relation entre Élisabeth et sa fille Marie-José de Belgique, la dernière reine d’Italie en 1946. Surnommée la « Reine de mai », Marie-José a insufflé un souffle de liberté dans les jours sombres des années vingt, surtout à l’aube de l’effondrement du fascisme. En collaboration avec les étudiants de l’Académie des Beaux-Arts de Catane, nous avons voulu raconter, à la manière des conteurs siciliens, l’histoire de l’hôpital Salve Mater et la valeur symbolique très forte qu’il a pour nous faire comprendre le personnage de Marie-José et l’esprit éclairé de la famille royale de Belgique.

Francesco di Vincenzo