1

Modèles réels, arrangements accidentels

#9

Griet Moors

Commissaire: Marie-Claire Krell

21814 Rue de la Sirène

Griet Moors aborde l’art à la manière d’un architecte, en composant des peintures et des estampes dans des cadres situationnels qui questionnent le regard que nous portons sur le monde. Son intérêt vient du fait que notre regard ne peut se limiter à un seul objet, il est guidé à travers le monde par notre mouvement et est orienté par ce que nous sommes. Pour Griet Moors, c’est notre regard, et non la toile ou le piédestal, qui est porteur de l’image étant donné qu’il puise dans de nombreuses idées et expériences conscientes et inconscientes.

Dans sa recherche artistique, l’artiste analyse cette mobilité picturale en essayant de saisir ce point de vue en constante évolution qui est déjà inhérent à l’approche physique d’un corps en mouvement vers l’œuvre d’art. Ses peintures acryliques, scans numériques et impressions sur papier ne sont donc pas isolés. Au contraire, ils ouvrent la vue sur l’espace qui les entoure, la rue, les coins et recoins et l’architecture.

Ses arrangements temporaires d’images abstraites et d’éléments spatiaux donnent un aperçu d’un réseau inter-dimensionnel de couleurs, de lignes, de formes, de directions, de lumière et d’espace. Au fur et à mesure que nous avançons dans le temps, notre regard se répand dans des perceptions non seulement simultanées mais aussi différées du monde qui nous entoure. Les souvenirs se superposent à notre perception dynamique des espaces, des lieux et des choses étant donné que leurs impressions visuelles deviennent elles-mêmes des souvenirs. Griet Moors se livre à la traduction de ces expériences multidimensionnelles en recherchant la convergence spatiale d’images plates à travers le temps et en tentant de saisir sa perspective à son point même de basculement.

 

Marie-Claire Krell