1

Un paysage inconnu mais familier

#9

Dayoung Jeong

Artiste sélectionnée dans le cadre de l’appel à projets

2135 Place des Déportés

Au cours de mon enfance, l’ordinateur est entré dans les foyers et j’ai grandi en regardant notre quotidien changer rapidement. Mon attention générale est donc naturellement concentrée sur la frontière entre le monde virtuel (un monde numérique) et le monde réel. En déplaçant des histoires, des gestes, des images visuelles du monde virtuel vers le monde réel (et inversement), je transforme mes expériences psychologiques et physiques en création artistique et je pose des questions sur moi et l’histoire autour de moi. Je tente également de rechercher ma propre manière d‘être et ma place dans la société.

Même si la technologie numérique m’inspire beaucoup pour mes sujets, je crée toujours des pièces palpables, souvent de manière artisanale, finalement éloignées du numérique. Je me sers souvent du verre et de ses expressions dans mon travail. Il s’agit là de l’influence de mon grand-père qui était verrier. Le verre semble fragile, mais aussi solide. Parfois il reflète la lumière et retient la lumière comme un éclairage scénique. Ils me permettent de représenter la fantaisie adoptée dans notre monde virtuel. Pour moi, le verre est donc devenu un moyen d’exprimer des histoires du monde théâtral que je regarde à travers l’écran de mon ordinateur et qui semble parfois plus réel que la vie dans laquelle j’évolue physiquement.

J’ai le sentiment que le monde réel, vu à travers le monde virtuel, est une pièce de théâtre. Ayant travaillé dans une équipe scénographique de théâtre, je me suis également beaucoup inspirée de cet univers de la scène. Il m’a donc paru intéressant de créer un dispositif scénique dans l’espace d’exposition.

 

 

Dayoung Jeong