1

Convoi exceptionnel

#10

Donovan Le Coadou

Commissaire : Mikail Koçak

23531A Rue de la Cathédrale

Donovan Le Coadou est fasciné par les « convois exceptionnels », ces transports véhiculés dont les dimensions imposantes et massives obligent la mise en place de dispositifs réglementés, souvent impressionnants. Pales d’éoliennes, coques de navires et pelles de tracteurs sont autant de sculptures potentielles dont la semi-remorque devient le socle ambulant. Dans le travail de l’artiste, la sculpture est ainsi en mouvement, non pas par un mécanisme cinétique actionné par une force, mais grâce au déplacement de son piédestal. On pense bien sûr à Michael Heizer et son déplacement d’un rocher durant 11 jours* ; mais à la différence d’actions sur des éléments naturels, Donovan Le Coadou se focalise lui sur des objets industriels ou manufacturés.

Cette idée de transport de la sculpture est flagrante avec Mirabel, réplique d’une d’hélice d’avion (plus précisément d’un « pou du ciel ») réalisée en bois à la main, dont le plan initial est basé sur l’ouvrage des années 30 Comment j’ai construit mon avionnette du concepteur Henri Mignet. La sculpture-hélice de Donovan Le Coadou a ensuite voyagé, seule, dans la soute d’un avion entre Montréal et Rennes en 2011. Clin d’oeil croisé à Brancusi, pour l’affaire de l’oiseau dans l’espace où l’artiste poursuivit en justice les douanes Américaines pour faire reconnaître à l’une de ses sculptures le statut d’oeuvre d’art**. […]

Cet intérêt pour la carrosserie remonte à l’adolescence de l’artiste, à Plougrescant, où le jeune Donovan s’amuse dans un terrain aux allures de casse automobile. Sur 800m2, son père, doué en mécanique et en réparation, entasse en effet depuis des années des dizaines de carcasses de voitures, de tracteurs ou de bateaux pour bricoler et rendre différents services au voisinage. Le monsieur a sa petite réputation locale. Étudiant aux Beaux-Arts, Donovan Le Coadou ne manquera pas de rendre compte de cet univers tout droit tiré de Mad Max quelques années plus tard. Il y réalisera le début de sa série Samples, toujours en cours, en découpant des fragments de portières à la meuleuse puis en réalisant un cliché. Ces prélèvements continueront, notamment sur l’île de Ouessant (où le parc automobile est peu développé), jusqu’à un camion de l’armée abandonné sur une route en Géorgie.

Donovan Le Coadou accorde une sincère attention à la construction empirique et au bricolage solitaire. Par le déplacement, ses sculptures prennent la route et rejoignent tout un imaginaire de liberté et de construction du paysage.

 

 

* HEIZER Michael, Levitated Mass, 2012 – https ://collections.lacma.org/node/424258

** Voir : HEINICH Nathalie, “C’est un oiseau !” Brancusi VS États Unis, ou quand la loi définit l’art, dans Droit et Société, n° 34, 1996, p. 649-672.

Romain Semeteys 2018, texte écrit dans le cadre du projet de recherche SET UP, initié et coproduit par le Réseau DDA et C-E-A.