1

Industriel-viscéral

#10

Hisae Ikenaga

Commissaires : Saryna Nyssen & Alix Nyssen

23411 Rue de Bex

En assemblant et en réarrangeant des objets familiers – meubles, fenêtres, tables, chaises, éléments tubulaires – Ikenaga crée des oeuvres qui remettent en question le canon moderniste des formes et sondent les postulats tacites du design industriel. Oscillant entre collages surréalistes et citations postmodernes, ses assemblages aux allures faussement fonctionnelles révèlent le potentiel poétique du banal et du quotidien.

Dans Industriel-viscéral, l’artiste présente une série d’arrangements sculpturaux dans lesquels elle associe des matériaux courants – tels que tubes chromés et planches de bois – à des objets ménagers – tels que plateaux, tasses et vases. Les oeuvres qui en résultent demeurent dans un état d’incomplétude entre construction et déconstruction, suggérant à la fois une présence et une absence. Si par leur aspect elles rappellent des meubles domestiques (bibliothèques, portemanteaux, etc.), les sculptures de l’artiste évoquent aussi le contexte muséal en adoptant un statut ambigu entre objets d’exposition et dispositifs de présentation. En écho à l’exploration phénoménologique de la maison par Gaston Bachelard dans Poétique de l’espace (1958), Hisae Ikenaga fait apparaître l’univers domestique comme lieu d’expériences visibles et cachées, d’intellect et d’émotion, de présence et de mémoire.

Boris Kremer