1

Murals 1&2

#10

Louis Randhaxe

Artiste sélectionné dans le cadre de l’appel à projets

2427B Rue des Carmes

Construit dans le cadre de l’Exposition Universelle de Belgique de 1935, le pavillon du Grand-Duché du Luxembourg était composé de deux bâtiments distincts. Si le premier accueillait la partie officielle de l’exposition, le deuxième fût conçu en trois parties destinées à la dégustation des boissons luxembourgeoises. Les murs y étaient ornés de bas-reliefs de sculpteurs grand-ducaux. Les sujets évoqués faisaient la part belle aux pratiques séculaires de la région, à la culture et à l’agriculture. Les visiteurs, souvent éméchés, confondaient les protagonistes des scènes de vies représentées avec des figures mystiques du folklore luxembourgeois.

De cette époque, naît l’idée que les bas-reliefs, dans leurs évocations de la vie courante, sont chargés de pouvoir mystique sur l’imaginaire collectif. D’un lien irrationnel entre la tribu, plaisir et sentiments les plus spirituels.

Pour Art au Centre #10, l’artiste Louis Randaxhe (1998, né et vit à Liège) présente une installation de deux bas-reliefs dont les sujets et ornementations, liés au plaisir et aux pratiques populaires, sont directement tirées de cette légende. Son travail s’inscrit dans un champ de recherche graphique et iconographique. Il s’essaie à des techniques variées en amateur sur des matériaux bruts ou issus de récupération. Une attention particulière est portée aux pratiques de détournement et d’appropriation domestique semblable à celles issues du DIY. L’hybridation des motifs, techniques et matériaux opérant à différentes échelles de son travail, permet autant d’aller-retour entre ses référents, sa pratique de la technique et le décloisonnement de son vocabulaire.

Antonin Corto Cauwe